Journal local

L’essentiel de l’actu de Lunéville à Saint-Dié-des-Vosges

Bienvenue dans la revue de presse locale de Lunéville à Saint-Dié avec Vosges Matin et l’Est Républicain.

On pourrait croire qu’il s’agit d’une boulangerie comme tant d’autres, mais ce serait faire erreur. À Saint-Dié-des-Vosges, au Pain du coq, une boulangerie située place Saint-Martin, ce n’est pas une seule et même personne qui est à la tête de ce commerce, mais cinq salariés qui en sont les propriétaires. C’est pour sauver leurs emplois, suite à une liquidation judiciaire, que cette équipe a décidé en octobre dernier de reprendre la main et d’exister sous la forme d’une société coopérative de production (Scop). Une situation assez exceptionnelle, puisqu’il s’agit là de la première boulangerie du Grand Est à avoir opté pour une gouvernance partagée. Selon le principe « une personne, une voix », les décisions sont prises collectivement, quels que soient le statut, l’ancienneté et le montant du capital investi par chacun. Si certains ont pu verser un apport personnel, d’autres au contraire ont dû s’endetter. De son côté, l’ancien patron a décidé de passer complètement la main. Il ne sera pas actionnaire mais devient salarié de la Scop. Avec plus de 100 000 baguettes fabriquées chaque année , nul doute que l’équipe a encore du pain sur la planche. Reportage de Lio VIRY pour Vosges Matin.

La Ville de Saint-Dié recrute un médiateur social dans l’espace public. Intégré au service de la Police Municipale, vous vous occuperez de rappeler les règles du vivre ensemble dans l’espace public en direction des habitants des quartiers de l’Orme-Saint Roch et de Kellermann-Foucharupt. Les missions sont multiples : Rassurer les habitants, dans les endroits et lieux identifiés comme sensibles,empêcher la création des conflits en expliquant les règles de conduite à respecter, assurer l’accueil des populations isolées ou fragilisées, simplifier les relations de voisinage et favoriser la bonne entente ou encore participer à l’animation des conseils citoyens, favoriser l’écoute et l’échange lors des réunions pour proposer des activités et occuper l’espace public. La prise de poste doit se faire au 1er juillet 2021 pour un CDD d’un an pour commencer. Candidature à transmettre à recrutement@casaintdie.fr.

Le rendez-vous dédié aux chineurs, chaque jeudi de l’Ascension, à Croismare, tombe à l’eau cette année encore. Mais si l’an dernier elle a été annulée cette année les dirigeants ont décidé de positiver et de juste la reporter. Au fil des ans, la brocante de l’Ascension organisée par la MJC est devenue une tradition. Les exposants étaient nombreux et le public toujours au rendez-vous. La 27e édition devait avoir lieu en 2020. Cette fois, plutôt que de l’annuler, les bénévoles ont décidé de positiver et de la reporter fin août ou début septembre. Les bénévoles vont se réunir prochainement.

A Baccarat, l’endroit est insolite, car proche des bennes de la déchetterie, mais il a donné lieu à la plantation de plusieurs fruitiers. Le site est aujourd’hui géré par Veolia et cet espace arboré est destiné à être davantage ouvert au public et aux écoliers. Cette semaine, entre soleil et nuages, Amandine Gabriel, ambassadrice du tri, a reçu l’association Les Croqueurs de pommes de Lorraine, venus faire le point et lui donner quelques conseils, ajoutés à leurs gestes avisés. Visitant le site peuplé d’une vingtaine d’arbres dont des cerisiers, pruniers, pommiers, poiriers et noyer, ils ont pratiqué une taille très douce, laquelle étant la première reçue par ses arbres depuis leur plantation. Les deux spécialistes ont promis de revenir à l’automne, en présence d’écoliers, selon les souhaits de l’ambassadrice.

Depuis plus d’un an, les Colocations Ages et Vie poussent dans le Lunévillois. Ce qui réjouit Michel Marchal, conseiller départemental et premier défenseur de ces maisons pour seniors qui a incité leur installation dans le secteur qui rappelle qu’elles ne coûtent pas un euro aux communes et au département. Une présence et une aide sont assurées 24 h/24 avec des agents vivant sur place. Tous peuvent investir les lieux avec leur mobilier et leurs animaux. A l’inverse des maisons de retraite. Mais lorsque la personne devient trop dépendante, elle doit alors rejoindre un Ehpad. Après Baccarat en novembre dernier , deux autres ont été construites dans le secteur, à Badonviller et à Cirey-sur-Vezouze. Les travaux de celle de Chanteheux ont commencé. Le concept séduit, avec la liberté assurée et la taille de la structure (7 à 8 colocataires par maison). Reportage de Corinne CHABEUF pour l’Est Républicain



En ce moment

Titre

Artiste